Paul-André Proulx

Littérature Québecoises

Duff, Micheline.

Pourquoi pas ailleurs ? Éd. Québec Amérique, 2018, 233 p.

Des Québécois en amour avec des Burkinabés

L'amour est plus fort que tout. Ce roman le démontre. Les chocs culturels sont loin de masquer les effluves d'Éros. On s'habitue à tout. La tolérance est sans bornes quand on aime.


Ce bouquin sur l'aide internationale au Burkina Faso se transmue rapidement en roman d'amour, voire en chick lit. Tout un chacun veut aimer et être aimé. Un coopérant québécois et sa collègue dénichent l'âme sœur parmi les Burkinabés. Les idylles naissent, les réticences fondent comme neige au soleil et l'anneau d'or pare l'annulaire.

C'est une œuvre très fleur bleue. L'auteure ne creuse pas les abysses de la passion. Les personnages, sans personnalité propre, se questionnent quelque peu et concluent que rien n'est impossible à ceux qui s'aiment. Et les voilà unis pour la vie.

Le préambule laissait présager tout autre chose. On imaginait une œuvre traitant de la difficulté d'apporter de l'aide humanitaire à un pays en émergence, comme on dit aujourd'hui. Certes, Micheline Duff aborde la thématique, mais en l'effleurant à peine. Elle bifurque aussitôt vers la voie des amours mixtes. Thématique qui aurait pu être fort appréciée si l'auteure avait approfondi davantage les tenants et les aboutissants des contrastes culturels.

En somme, le roman contenait en germe tous les ingrédients pour devenir une œuvre significative. Malheureusement, la superficialité noie les prémices. Et l'écriture aucunement griffée ne parvient pas à sauver le plat.